• Pierre Castelain :
    A-t-on une idée de la date ou au moins de la période de sortie (versions US et française) ?

    Bruno De Combiens :
    Delphi 2005 est annoncé ce jour, le 12 octobre. Comme toujours, son annonce précède la disponibilité du produit d'environ 3 semaines en version anglaise (soit début novembre) et de 5 à 6 semaines la version française (soit fin novembre, début décembre 2004).


  • Pierre Castelain :
    Le nom officiel est-il choisi (Delphi 2005, Borland Developper Studio 3.0, autre) ?

    Bruno De Combiens :
    Le nom est Delphi 2005. L'appellation Developer Studio, également utilisée avec Delphi 8, fait référence à un positionnement marketing rappelant la vocation du produit : être un studio de développement pour la plate-forme Windows. Quelles que soit ces instanciations : Win 32 ou .NET


  • Bruno Guérangé :
    Y aura-t-il une version perso ?

    Bruno De Combiens :
    Absolument. La puissance et la clarté du langage Delphi en font un outil à la portée d'un large public s'étendant de l'étudiant au professionnel travaillant dans une équipe en passant par le hobbyiste. Une édition Personnel, gratuite, est donc une nécessité pour que chacun puisse accéder aisément aux concepts de base de cet outil unique dans l'histoire.

    ( NDLR : ces informations étaient exactes au moment de la publication de cette interview.
    Il semble que depuis Borland ait malheureusement abandonné le projet de la version Perso de Delphi 2005.
    John Kaster (Borland) a écrit sur
    borland.public.delphi.non-technical :
    "We have announced no plans to release a Personal edition of Delphi 2005". )



  • Pierre Castelain :
    Quels sont les versions qui seront disponibles et avec quels outils ?

    Bruno De Combiens :
    Les éditions disponibles seront au nombre de 4. En montant en gamme, elle se dénomme : Personnel, Professionnel, Entreprise et Architecte. Les prix vont de la gratuité (en téléchargement pour l'édition Personnel) à 3000 euros (pour l'édition Architecte). Toujours sous le concept de poupée russe, les fonctionnalités de l'édition inférieure sont incluses dans l'édition supérieure.
    Ainsi les outils et fonctionnalités disponibles dans chacune des éditions est fonction de son positionnement : les professionnels du développement Win 32 et/ou .Net pourront développer des applications départementales (mono-poste, intranet) se connectant à des bases de données mono-poste.
    Les développeurs en entreprise ou SSII bénéficieront de fonctionnalités destinées aux applications multi-niveaux pour lesquelles ils développeront en même temps - grâce à ECO - les objets et leur support de persistance dans des serveurs SQL d'entreprise.
    Et les architectes bénéficieront en plus de services de modélisation UML pour développer des applications dans des architectures aussi diverses que les services Web, les applications multi-niveaux interagissant avec des serveurs d'applications J2EE/Corba.


  • Pierre Castelain :
    Est-ce qu'il est prévu des versions "light" ne comprenant que Delphi Win32 ou Delphi .NET ou C# ? Je pense aux personnes qui n'éprouvent pas le besoin de développer dans les 3 langages et qui risquent d'avoir l'impression de devoir acheter 3 produits au lieu d'un seul.

    Bruno De Combiens :
    Revenir à la situation précédente, dans laquelle il fallait acheter plusieurs produits ou versions selon que l'on ciblait Win 32 ou .Net dans ses développements, serait un non-sens. Non-sens économique parce que les développeurs trouveront leur compte avec un prix identique à la version 8.
    Et enfin un non-sens technique (mais aussi économique). Nos clients nous ont fait remarquer à juste titre, que sur la plate-forme .NET, le langage de développement est devenu une commodité. Le choisir librement - en fonction de la culture des équipes, des niveaux de formation ou tout simplement de la disponibilité des compétences - est donc une nécessité.
    Quoiqu'il en soit, il n'y a pas trois mais deux langages. Delphi pour Win 32 ou Delphi pour .NET reste Delphi. Et la filiation de C# n'est plus à démontrer. La question sous-tend en fait la difficulté à maîtriser le framework sous-jacent : l'API Windows (heureusement il y a la VCL) ou le framework .NET (heureusement il y a la VCL.NET pour la compatibilité ascendante !). Donc la question fondamentale est et restera au moment de commencer un développement : d'où venons-nous ? Et où voulons-nous aller ?


  • Pierre Castelain :
    Pure curiosité : Peut-on avoir une idée du nombre de personnes impliquées dans le développement de Diamonback et du temps qu'il aura nécessité ?

    Bruno De Combiens :
    Cette question est très intéressante. Pour au moins deux raisons. Le développement est un long processus qu'il faut penser et donc gérer sur plusieurs versions/itérations. C'est ce que nous tentons de démontrer avec des outillages tels que CaliberRM et StarTeam.
    Certains se sont étonnés du temps qu'il nous a fallu pour proposer les premières versions de C#Builder (mars 2002) et de Delphi pour .NET (décembre 2003). Mais au-delà de la partie visible que représentent ces EDI, nous avons travaillé à une base de code partagée entre les deux environnements que nous appelons Galileo. On peut donc dire qu'il s'est écoulé au moins trois ans entre les premiers éléments du socle Galileo et Delphi 2005.
    La seconde raison est le pourquoi d'un tel socle technique. Car l'impact sur le délai de livraison est non négligeable comme nous venons de le voir. La raison est que nous pensons au long terme. En mutualisant des développements, nous accélérerons les prochaines livraisons pour deux langages que la plate-forme nous impose de traiter comme un seul.
    De plus quel que soit le langage retenu, les équipes de développement bénéficieront des mêmes services et outils pour gérer le cycle de développement. Ce qui représente un avantage économique non négligeable pour les entreprises utilisatrice en terme de formation et d'expérience utilisateur.
    Avec Borland, la fidélité est un gage de compétitivité !


  • Laurent Dardenne :
    Pourquoi migrer vers Delphi 2005 ?

    Bruno De Combiens :
    Delphi 2005 est le fin du fin des solutions de développement Windows. Non seulement, il supporte de multiples langages et les SDK Win32 et .NET, mais il inclut un ensemble d'améliorations et d'innovations impactant la productivité du travail en équipe. Au menu, refactoring de code, test unitaire et le support MDA avec Enterprise Core Objects (ECO), un framework orienté modèles pour des applications métier pour .NET.
    Vous devez maintenir des applications Delphi existantes ? Vous devez développer plus rapidement de meilleures applications ? Pour Win 32 ? Pour Win 32 et .NET en même temps ? Dans une équipe pluridisciplinaire dont certains sont formés à C# ? Voilà quelques bonnes raisons de passer à Delphi 2005.


  • Laurent Dardenne :
    Comment continuer à promouvoir Delphi Win32 pour des applications 'proche du systéme' ?

    Bruno De Combiens :
    Si les entreprises ont encore besoin de développer des applications proches du système, il n'existe pas d'autres alternatives pérennes permettant de faire rapidement un développement en mode compilé ! Ce qui était vrai il y a 8 ans, l'est encore aujourd'hui. Il y a là matière à réflexion sur la pérennité de certains fournisseurs, non ?


  • Laurent Dardenne :
    Les composants d'éditeurs tiers en version 7 sont-ils compatible avec D2005 ou doit on obtenir une version spécifique ?

    Bruno De Combiens :
    Les composants fournis dans la version 7 de Delphi étaient destinées… à Win 32. Depuis, .NET est passé par là. Mais dans la mesure du possible nous avons maintenu nos relations avec nos partenaires afin de proposer les mêmes facilités natives à la plate-forme .NET. Tels que les composants Intraweb d'AtoZed. D'ailleurs l'éditeur sera présent à la Borcon française du 17 et 18 novembre prochain pour le démontrer.
    Cela est également vrai pour Rave Report ou Crystal Report.


  • Bruno Guérangé :
    La version actuelle de Delphi 2005 est basée sur le framework 1.1, le framework 2.0 va bientôt être dispo, la version finale de Delphi 2005 pourra-elle utiliser les nouvelles fonctionnalités du framework ?

    Bruno De Combiens :
    Il faut distinguer ce qui motorise l'EDI et ce qu'il produit. Utiliser ou développer des applications compatibles avec la future version 2.0 dépend principalement… de la compatibilité ascendante du framework lui-même. Le fait que Borland soit autorisé à redistribuer le framework, donc les technologies de compilation native, permet d'affirmer qu'il n'y a pas de technologies propriétaires incluses dans Delphi 2005.
    Le rôle de Borland sera de proposer le moment venu un mapping " à la Delphi " au-dessus de la v 2.0 à travers une nouvelle version de la VCL.NET pour garantir une compatibilité du code source.


  • Bruno Guérangé :
    Dans le cas contraire est-ce qu'un patch sera prévu ? Ou est-ce que ce sera la version Delphi 10 ?

    Bruno De Combiens :
    Un peu tôt pour le dire. Laissons sortir le framework avant.


  • Bruno Guérangé :
    Les composants CLX ont disparut des palettes Win32 et des projets. Est-ce un abandon complet des projets compatibles Kylix ?

    Bruno De Combiens :
    La priorité est donnée aujourd'hui au million de développeurs Delphi migrant leurs applications Win 32 vers .NET. Par transfert " naturel ".
    En attendant, une demande forte et constante pour une prise en charge de Linux pour le langage Delphi, rappelons-nous que les développeurs Linux ont démontré qu'une librairie de classes, même en Open Source, n'était pas satisfaisante à leurs yeux dès lors qu'elle était destinée au langage Delphi. C++BuilderX est donc notre réponse à leur demande de développer en C++, avec les compilateurs et les librairies de classes natives de leur choix.


  • Mathieu Dalbin :
    Est-ce qu'un support pour Mono est prévu ?

    Bruno De Combiens :
    Le support .NET de Delphi 2005 a été conçu et testé pour la plate-forme Windows. En conséquence, les applications Delphi 2005 pourraient fonctionner sur des implémentations non-Windows de .NET; mais, Borland ne les testera ni ne les certifiera.


  • Laurent Dardenne :
    Propose-t-il des outils de modélisation UML ?

    Bruno De Combiens :
    Together avec son concepteur de diagrammes de classes UML et les composants ECO permet aux développeurs de travailler selon une approche pilotée par la conception.


  • Laurent Dardenne :
    Offre-t-il une intégration avec les autres outils de la chaîne de développement logiciel de Borland ? si oui, comment ?

    Bruno De Combiens :
    En amont de Delphi et C#Builder, nous avons travaillé à un socle technique (Galileo) sur lequel repose ces environnements. Le premier bénéfice est de permettre de ne travailler qu'à une seule intégration d'outils complémentaires. Ainsi des outils complétant le cycle de développement tels que CaliberRM ou StarTeam bénéficient d'une intégration native.


  • Laurent Dardenne :
    StarTeam qu'est-ce que c'est ? a quoi sa sert ? combien ça coûte ?

    Bruno De Combiens :
    StarTeam est une gestion automatisée de changement et de configuration logicielle. Il propose des outils de communication, de suivi et de gestion des tâches directement intégrés au gestionnaire de projets de Delphi 2005.
    Sa finalité est d'apporter aux équipes la possibilité de gérer au sein d'un référentiel commun l'ensemble de leurs travaux (documents, codes sources, spécifications, demandes de changement ou d'évolution, suivi et traitement des incidents, etc) indépendamment des outils de modélisation, de développement ou de gestion de version utilisés par chacun.


  • Laurent Dardenne :
    Quelles différences entre StarTeam Standard Edition et les autres ( StarTeam Pro Edition ) ?

    Bruno De Combiens :
    Les éditions Entreprise et Architecte de Delphi 2005 disposent d'une licence complète de StarTeam Standard. De plus la gestion des licences est "empilable", c'est à dire que si vous disposez de multiples copies de Delphi 2005 Entreprise ou Architecte dûment enregistrées dans votre équipe, les membres de l'équipe peuvent travailler ensemble sur le même serveur StarTeam.